Qu'est-ce qui vous inspire dans la vie ? Si vous parlez de l’inspiration pour la photographie, je recours presque toujours à un temps passé. Peintres du XIX siècle, cinéma classique, photographie du siècle XX…
Mais je crois que l’inspiration est partout. La clé est d’être éveillé et attentif à tout ce qu’il se passe autour. Au quotidien, ma plus grande inspiration est la nature, chaque fois que j’ai une idée elle a quelque chose à voir avec ça. J’ai une liste de Spotify avec différents types de pluie que j’utilise habituellement pour créer, c’est comme si je sois téléportée ailleurs. La piste “Gentle Thunderstorm” est ma préférée.
Toutefois, ce qui m’inspire le plus sont les grands artistes, étudier ce qui explorèrent et jusqu'où ils arrivèrent. Pas seulement des photographes, savoir plus est ce qui me garde inquiète et désirante de créer. J’aime beaucoup l’expression «If I have seen further, it is by standing upon the shoulders of giants». Apprendre des grands maîtres est “être à dos des géants” pour aller plus loin.

Quand avez-vous découvert que vous vouliez être photographe ? En réalité, depuis toute petite, je voulais devenir peintre comme ma grand-mère Toty, et c’est pourquoi j'étais déterminée à étudier Beaux-Arts. Peut-être par peur de l’incertitude du monde de l’art, j’ai décidé de faire des études doubles avec Communication Audiovisuelle et, sans l’avoir prévu, la caméra était le trait d’union entre eux.
Je prenais des photos et faisais des expériences depuis longtemps, quand j’étais à l’école, avec mes amies et ma famille, mais je n’ai jamais pensé devenir photographe juasqu’á mes études. De plus, dans mon université, nombreuses matières de Beaux-Arts étaient communes avec les études de Design et, grâce à cela, j’ai connu des univers liés à la mode, son histoire, son processus créatif et son répresentation dans la photographie qui ont attiré mon attention. Au cours de ces années, j’ai accompagné mes études avec plusieurs cours de Direction Artistique, Photographie et Marketing de Mode à Paris, Milan et Londres et, avec 20 ans environ, j’ai décidé que je voulais être photographe de Mode et que j’allais me donner à fond pour ce faire.

Vous avez une sensibilité particulière. Est-ce une chose innée, acquise ou un mélange des deux ? Merci, je pense que c’est un mélange des deux et autre chose. C’est l’éternelle question de l’œuf et la poule, et à vrai dire, je ne pourrais pas répondre quelque chose d'objectif. Ce que je peux vous dire, c'est que si vous pensez que vous avez une sensibilité capable de créer des choses intéressantes pour les autres, la meilleure chose à faire est d’étudier beaucoup, travailler, apprendre, vous tromper, essayer, créer, accepter les critiques, croire en vous, modeler votre langage… parce que c’est ce qui va former vraiment votre sensibilité. Je pensé que nous sommes tous bons à quelque chose, mais que nous sortons le meilleur de nous seulement avec formation et travail acharné. Je veux dire par là que, pour moi, la sensibilité ou mon langage est un mélange de quelque chose d’inné, beaucoup d’apprentissage et travail régulier.

C’est facile d’être une femme dans votre monde ? À vrai dire, je ne me suis jamais sentie mal valorisée ou mal traitée en tant que femme, j'ai toujours travaillé avec des gens merveilleux et vrais et, grâce à Dieu, ces choses ne font pas partie de mon quotidien, mais que ce ne soit pas mon cas ne signifie pas qu’il n’existe pas.
Toutefois, en arrivant à une séance, parfois l’équipe pense que mon assistant est le photographe et moi son assistante… comme si c’était “logique” non? Cela peut paraître un peu surréaliste, mais si l’on considère que, pendant des décennies, 99% des photographes résidents d’Espagne ont été des hommes, c’est un peu logique. En fait, actuellement c'est encore très difficile. Il y a un an, pour la première fois dans l'histoire de Vogue Espagne, la une a été faite par une femme espagnole. Wow ! Il y a un an. Mais les choses changent et j’ai hâte de participer à ce changement.

Je connais quelques femmes photographes et le lien que nous avons créé est précieux. Il y a une concurrence saine et nous sommes compagnes de succès, préoccupations et maux de tête à cause d’entreprendre dans ce monde et c’est incroyable notre manière de nous soutenir, de nous féliciter de nos travails, de nous aider si quelqu’une a besoin de quelque chose… Tout est beaucoup plus facile quand vous faites équipe, et dans ce secteur il y a de grandes femmes que j’admire.

Nous sommes d’accord sur la difficulté de concilier avec la photographie de mode, et c’est quelque chose qui me préoccupe. Je ne trouve pas difficile d’être une femme, mais être une mère (à la fin, cela va de pair), c’est différent, et plus compliqué. C’est peut-être la réponse, comme dans tout autre secteur non ?

Un endroit, un plan et un restaurant incontournables à Madrid.
Un endroit : La sierra. Los Molinos et Cercedilla. Bien que j’aime vivre dans le centre de Madrid, ses montagnes sont mon souffle tous les week-ends, et je m’échappe chaque fois que j’ai un moment de libre. Nous avons un trésor à une demi-heure et j’ai eu la chance d’avoir pu en profiter avec ma famille depuis toute petite.
Un plan : Me perdre dans les rues du centre et découvrir beaucoup de commerces locaux. Dans las Salesas, Chueca, la Latina ou le Barrio de las Letras. Chaque fois j'y trouve quelque chose de nouveau qui mérite d'être connu.
Un restaurant : Peut-être à cause du moment que nous vivons aujourd’hui, si je dois en choisir un la terrasse de Camino me vient à l’esprit, où j’ai passé beaucoup de soirées buvant du vin avec mes amies de l’université. Avec des couvertures, des poêles ou en plein soleil, ça nous était égal. J’espère pouvoir faire ce plan bientôt.

Qui est ou a été une icône pour vous ? Créativement, Grace Coddington. Elle est un tourbillon créatif dont je ne cesserai jamais d’apprendre.

Votre artiste préféré ? Je ne dis jamais le même, il n’y a pas un en particulier. De la peinture, Goya, Sorolla, Modigliani, Matisse; de la sculpture, Rodin, Oteiza et Giacometti; du cinéma, Anderson et Bertolucci; de la littérature, Baudelaire, Machado et Alberti ; de la photographie, Irving Penn, Richard Avedon et Peter Lindbergh… Cette liste est très longue, en fonction du jour ou de mon travail. Sûr, je crois que ma référence principale est Peter Lindbergh.

Et votre pièce préférée ? Aujourd’hui La Danse, de Matisse.

Un livre, une chanson et un film.
Livre : El silencio Creador.
Chanson : “Turnedo”, d’Iván Ferreiro.
Film : Orgueil et Préjugés.

Et une série ? Je suis heureuse d’avoir vu This is Us pendant la quarantaine.

Quels sont vos essentiels dans l’armoire ? Ma “tenue” de travail, toujours total black. Je suis très simple à cet égard. J’aime trouver quelque chose de confortable, minimaliste, de mon style, et en acheter trois fois. Je porte ce même look à toutes les séances parce qu’il me permet de bouger et m’identifie.

Quelque chose qui ne manque jamais dans votre sac ? Mon blush. Parfois je cours d’un endroit à l’autre et ça me sauve. Une bonne tout de suite !

Et dans votre frigo ? Un bon vin blanc sec.

Quelque tip dans une perspective éco pour préserver la planète ?Buy Less, buy better.
Acheter de manière plus consciente en marques respectueuses de l'environnement et du processus de production. Ma génération a grandi dans un consumérisme démesuré et la fast fashion des années 1990 et 2000, et je pense que le changement est entre nos mains. Je crois que nous apprécions de plus en plus connaitre la manière et le lieu où a été fabriqué ce que nous portons, et de plus cela nous donne envie de soutenir les producteurs locaux, transparents et, le plus souvent, plus petits. La valeur de la mode est en train de changer.
Un autre tip, bien qu’il existe des milliers, achetez vintage ! Vous trouverez des trésors si vous savez comment chercher et vous pourrez lui donner une nouvelle vie à ce vêtement. Il faut miser sur la mode circulaire.

Un rêve à réaliser. Devenir mère dans un certain temps. Même si je ne suis pas pressée, c’est mon plus grand rêve pour demain.

Qu’est-ce que vous allez faire quand on aura fini cet entretien ? Préparer le dîner. J’ai toujours aimé cuisiner et, depuis quelque temps, la nourriture m'intéresse beaucoup. Maintenant que j’ai plus de temps, ça me plaît de faire des recettes savoureuses et saines.